Introduction :

À l’occasion de mon anniversaire, j’ai eu le plaisir de recevoir une superbe automotrice Z2. Elle provient de la collection de mon oncle.

Cette automotrice, annoncé par Jouef en 1984, un des derniers modèles à être produit dans l’usine de Champagnole. Pour plus d’informations à propos de ce modèle, je vous conseille de lire l’excellent article Des Trains Jouef. Le magazine “Le Train” en parle très bien dans son édition spéciale Z2.

La rame est livrée dans une boite bleue avec emballage moulé en plastique à l’intérieur. Je le trouve un peu léger pour maintenir correctement l’automotrice en place, sans casser des éléments. À l’intérieur, on retrouve la rame ainsi que différentes pièces que l’on peut ajouter sur l’automotrice. Il n’y a aucune notice dans ma boite, je ne sais pas si c’est le cas sur d’autres modèles.

La finition en général, est bonne. La carcasse en plastique cependant donne une impression de fragilité. Les pantographes sont des modèles classiques Jouef (trop long et pas assez détaillé). Seul la motrice est équipé de feu qui sont uniquement jaunes. L’intérieur, quant à lui ne possède aucun éclairage. Les deux voitures sont reliés en elles par des attelages boucle standard.

Nettoyage :

Après avoir démonté la locomotive j’ai procédé au dépoussiérage de l’intérieur à l’aide du compresseur et d’un pinceau. Puis j’ai utilisé des cotons tiges imbibés d’Essence F pour nettoyer les contacts. Ainsi qu’une pince brucelles pour enlever les fils qui étaient coincés dans la mécanique. Enfin, j’ai procédé au nettoyage de la coque en plastique avec de l’alcool à bruler. (Faire très attention de ne pas abimer les peintures !)

Digitalisation :

Le processus de digitalisation est simple, je coupe et dessoude tous les fils, puis je recâble tout au fur et à mesure. Je commence par trouver un emplacement pour caser le décodeur, en effet ce n’est pas aussi facile qu’avec les locomotives. La motrice étant aussi équipé de fenêtres, il faut rendre son installation la plus discrète. J’ai réussi à trouver un renfoncement dans le châssis en dessous des sièges. Puis j’ai fait passé les fils vers le haut pour raccorder le bogie “Contact”, le Bogie “Moteur” et les LEDs au décodeur. Ensuite j’ai soudé des rallonges de fils récupéré sur des nappes IDE, sur le moteur et le connecteur des lames de contact. Ils ont pour avantage d’être souple et fin. Enfin j’ai relié le tout au décodeur (Orange / Gris : Voie – Rouge / Noir : Moteur – Jaune / Bleu / Noir : LEDs). Je n’ai pas réinstallé les ampoules car elles sont prévues pour une utilisation en 12 v et non en 18 v. Je vais les remplacer plus tard par des LEDs plus réalistes.

Conclusion :

Je suis très content du fonctionnement et de l’aspect général de cette machine. Le vieux moteur 5 pôles Jouef s’en sort relativement bien, cependant j’ai pu constater que dans les courbes serrés (<385 mm de rayon), les pignons du moteur frottent sur la coque en plastique. Je compte aussi apporter quelques modifications ultérieurement comme : l’installation de LED, le changement des pantographes, le changement du moteur (ou de l’aimant, à voir) etc …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :